Index de l'article
Avant propos Revue Hors série Vol IV
Partie II
Partie III
Toutes les pages

Depuis  une quinzaine d’années, les différentes élites à travers le monde arabe éprouvaient une sorte d’abattement, de démission face à la difficulté de changer les régimes ; elles se sont presque « convaincues »   que ces régimes étaient devenus immuables, quasiment indéboulonnables. Dans le même laps de temps, elles ont commencé à estimer que  la jeunesse arabe  étant  non-éduquée et non-politisée,  ne pouvait pas  jouer un rôle déterminant dans le changement politique

La révolution du « jasmin » en  Tunisie et celle de la place Tahrir en Egypte…ont  montré les limites  de certains prismes et préjugés  européocentristes entretenus   depuis longtemps par les médias et les élites du monde occidental et arabe.

Le caractère  irrésistible et imprévisible de ces révolutions ainsi que leur « effet domino » nous a tous déconcertés : personne n’a prévu ces révolutions et à ce titre, il serait prétentieux de vouloir présumer de la nature et des perspectives qu’elles connaitront dans un avenir immédiat.

Mais ces révolutions ont-elles été aussi imprévisibles qu’on le prétend ?

L’argument de l’imprévisibilité de ces révolutions doit être nuancé dans la mesure où tous les ingrédients à l’origine de leur déclenchement préexistaient notamment, entre autres, en Egypte et en Tunisie….. De plus, la situation dans laquelle le monde arabe évoluait depuis la NAKBA de 1948 confortait la thèse de l’imminence d’une explosion.