Index de l'article
Editorial du 2éme numéro
Partie II
Partie III
Toutes les pages

Les thématiques du présent numéro– en l’occurrence la question saharienne et le Maroc et l’espace euro-méditerranéen ont été fixées il y a plus d’un an, c'est-à-dire au moment du lancement de notre revue.

Le vent de révolte que connait le monde arabe, depuis maintenant plus de six mois, ne peut rendre obsolète ou anachronique le traitement de tels sujets …
Bien au contraire, cette actualité impose plus d’audace aux gouvernants et aux peuples de la région maghrébine et méditerranéenne dans l’approche de leurs différends et dans l’exploration des possibilités de dépassement de ces crises ainsi que dans la recherche de nouvelles pistes pour une meilleure coopération entre les composantes du Maghreb d’une part, et entre le Nord et le Sud de la Méditerranée, de l’autre.
Tout le monde sait que le conflit saharien paralyse toute forme d’intégration au Maghreb, et ce depuis plus de trois décennies, et que le conflit en Palestine hypothèque l’avenir de la Méditerranée ou, bien plus grave encore, celui de l’Europe ; car en définitive la rive Sud pourrait constituer un espace de sécurité et surtout de contrepoids face aux puissances asiatiques…
Au carrefour des trois continents, le Maghreb et le Moyen Orient peuvent jouent un rôle de jonction entre une Europe déclinante et une Asie de plus en plus envahissante, puisqu’ils constituent une base et une profondeur stratégiques pour une Europe à la recherche d’un nouvel élan dans un monde où les forces émergentes se concentrent surtout au niveau du continent asiatique.
Il est incontestable que la victoire des révolutions arabes – et notamment libyenne – pourrait offrir une opportunité au Maghreb et au Maroc en particulier, dans la perspective d’un dépassement définitif du conflit saharien…
En effet, l’avènement de régimes plus ou moins pluralistes au Maghreb est susceptible de mettre fin au monopole des décisions stratégiques exercé par des systèmes oligarchiques, civils ou militaires, qui ne prennent pas en considération les intérêts des peuples de la région …
En attendant que le printemps arabe ait les effets souhaités sur la région, le Maroc doit agir pour contribuer au déblocage de cette situation préjudiciable pour les peuples maghrébins…